« On ne peut pas guérir le corps sans soigner l'esprit,
et on ne peut pas soigner l'esprit sans passer par le corps ! »

Cette phrase résume toute l’ambiguïté des techniques de soin actuelles : on soigne des symptômes physiques (médecine du corps) ou bien des facteurs psycho-émotionnels (médecine de l'esprit).
Dans les deux cas, l'objectif est d'obtenir une guérison... Guérison du corps ? Guérison de l'esprit ? Guérison des deux ?

La médecine symbolique s'intéresse à une troisième dimension, appelée « Âme » dans la tradition.

Et si les symptômes corporels et psycho-émotionnels provenaient de maladies de l'âme ?

Cette hypothèse est intéressante car elle ouvre de nouvelles perspectives...

La pratique de la médecine symbolique suppose plusieurs préalables :

  • Pour l'aborder - comme patient ou comme thérapeute -, il vaut mieux penser que la vie a un sens et que son but est l'éveil de la conscience. En effet, cette croyance facilite l'ouverture d'esprit. À contrario, croire que la vie n'a pas de sens ne pousse pas à l'explorer ! Si le but de la vie est l'éveil de la conscience, la maladie fait partie des moyens utilisables pour atteindre cet objectif (quand on a une épine dans le pied, on prend conscience de l'existence du pied !).

  • Il faut ensuite différencier « connaissance » et « conscience » : connaître intellectuellement la cause de sa maladie ne permet pas forcément au patient d'atteindre sa guérison. Une prise de conscience est plus profonde qu'une information reçue. Prendre conscience, c'est connaître de l'intérieur le mécanisme créateur de sa maladie.

  • Enfin, il convient d'apporter une réponse adaptée au mécanisme créateur de la maladie. Souvent, les thérapies buttent sur ce point car on conçoit que c'est au thérapeute d'agir (par n'importe quel moyen : médicament, manipulation du corps, explications intellectuelles, etc.). Or, si le mécanisme créateur provient du patient, la guérison viendra aussi de ce dernier. Le soin doit mettre en place cette réponse interne en même temps qu'il apporte une réponse externe.

La médecine symbolique fait ce pari audacieux...


NB : beaucoup de thérapeutes et/ou de thérapies travaillent dans ce sens actuellement. La spécificité de la médecine symbolique est d'utiliser des moyens symboliques autant pour comprendre le sens des maladies que pour y apporter une réponse.

Rose et Gilles GANDY